Ma sélection de tendances pour l’hiver prochain

L’été n’est pas encore arrivé que l’on pense déjà à ce que l’on va porter l’hiver prochain. Ainsi va la mode. Et dans cette frénésie incessante, voyons comment les créateurs nous inspirent pour l’automne-hiver 2020-2021. Néo preppy, conquérante dominatrice, ou bohèmes gypsy… quelle silhouette remportera le match ?

Et on commence par la tendance la plus remarquée sur les podiums : la dominatrice. Une femme, au coeur du propos, assumée, fière et conquérante, à la fois bikeuse dans des combinaisons de cuir noires zippées, bardées de renforts et protections; et guerrière à la Matrix girl dans des manteaux longs sombres et grandioses. Les proportions sont repensées, les blazers ceinturés, parfois raccourcis, sont déconstruits, les manches et les jambes s’allongent pour mieux dépasser… On fricote avec le style 80 sans jamais déraper, caleçons en latex et couleurs exacerbées, le tout sur une note workwear toujours très épurée. Pour s’imposer, on joue des épaules, de la taille et des dimensions pour une allure résolument sexy. Oui car c’est bien la carrure qui endosse le 1er rôle cette saison ! On l’investie démesurément, épaules en pointe, manches ballons, et taille de guêpe, tout en plongeant dans des décolletés que les cols à grands pans laissent déceler.

Si cette femme imposante peut paraitre impressionnante, c’est sans compter l’allure preppy provoc qui jonche les podiums de la Fashion Week cette année. De ce côté, on ose le style anglais, chaussettes hautes, jupes courtes et cravates serrées, twisté par des détails rock extravagants, façon enfant terrible de la mode. Ainsi, les sur-robes et cols Claudine fricotent avec les corsets de latex ou les velours sombres, et les collants blancs et jabots renvoient à un univers qui fait froid dans le dos. Dans le même genre, mais version plus sportswear, on n’hésites pas à surjouer les froufrous, les tulles et dentelles, mixés à des survets, jogging à bandes et pantalons à pressions dans des matières matelassées contradictoires. Tantôt large et courte, tantôt longue et rustre, la silhouette rétro reprend le flambeau, sur fonds de pastels yéyé ou noirs et blancs traditionnels. On le constate, cette poupée dark limite espiègle se moque des conventions, surprend par ses contrastes et révolutions, mais assure une mode nouvelle aussi hétéroclite qu’hors du temps.

Enfin, pour un retour en douceur à une réalité tout aussi enchantée, je vous propose de terminer sur une note plus bohème, dans la lignée de ces dernières saisons. Là dessus, l’allure seventies a encore de beaux jours devant elle… on l’interprète façon gypsy, pantalons larges, gilets frangés, et lavallières au vent, sur fond de motifs rétros sur tricots et de camaïeux camels à la pelle. Fichus plantés sur la tête, on ne manque pas d’adopter la grande tendance de cette saison, sans se préoccuper du contexte. On exploite également l’univers wild à la manière de Davy Crockett par des capes XXL et de gros manteaux en drap de laine, usant de détails bien sentis, comme chaussettes et foulards assortis. Ici encore on sort des sentiers battus, la dégaine bohème côtoie les formes structurées et minimalistes aux couleurs fluo futuristes, pour bousculer les codes d’une silhouette pour le moins inattendue.

Résolument, cette saison est faite de contradictions, la femme se déploie dans tous ses états, laissant croire à la fragilité de sa féminité sans jamais perdre le contrôle de ses convictions. On mélange les codes à suivre pour faire émerger de nouvelles lignes, qui ne se profilent que pour nous séduire.

Some of my favorites looks below :

Mes looks préférés de la Fashion Week pour l’hiver 2019-20

Cette dernière Fashion Week, les nouvelles tendances se sont dévoilées pour la rentrée prochaine. Du féminin, du trappeur, du tailoring… de quoi se façonner un look hivernal varié et personnalisé.

Et je commence par ce qui me tarde le plus d’adopter : le trappeur – workwear. Ces silhouettes pratico-protectrices aux allures montagnardes, à la fois stylées et confortables. On les a vues sous forme de bombers et peaux lainées accumulés, aux teintes kakis et camouflages imprimés, mais aussi en silhouette mini-maxi, avec des capes longues recouvrant des mini shorts et chaussures de marche. Grands cols, grandes poches, gants de protection et rangers seront donc de mise pour l’hiver prochain.

Pour plus de rigueur cette fois-ci, on revisite le smocking masculin à sa façon, version bourgeoise 70’s avec pantalon flare ou jupe culotte et sous pull nude sous la chemise, version rétro à carreaux pour un style plus preppy, ou carrément en silhouette plus street en accumulant doudoune, casquette et paire de baskets. On joue sur les pièces matelassées et les superpositions pop pour un look résolument nouveau. Pour un côté rétro, les costards se pareront de carreaux, motif inconditionnel de la saison. Style écossais, pour une mode anglaise aux teintes marron glacé, ou plus graphiques, ils mixeront leurs lignes et leurs couleurs pour nous habiller. Parce que le tailleur-pantalon sera partout cet hiver et qu’il ne sera pas forcément strict à porter.

Pour adoucir et féminiser cette grosse tendance, on mise sur les couleurs claires et pastels. Le blanc d’hiver sera à l’honneur cette saison en total look ou matché avec des nudes, tandis que les pastels joueront entre mauve, jaune pâle, bleu ciel, et vert menthe à l’eau. Et pour encore plus de légèreté, satins, mousselines et transparences viendront se confronter aux matières plus lourdes telles que cuirs et flanelles.

Côté féminité on sera servis, avec un cocktail de paillettes toujours au rendez-vous. Sequins, lamés, ou lurex… les irisés contrastent les looks moroses avec lumière et pep’s, pour des silhouettes très 80’s. Dans l’excentrique, on n’hésitera pas aussi à tester les imprimés floraux placés, très arty… mélangés à quelques couleurs pop, ces végétaux deviennent presque Pollock.

Pour accessoiriser tout ça, cette saison on mise sur une panoplie de couvres-chef : chapeaux cloches, casquettes, ou calots… viendront recouvrir petites lunettes, grosses ceintures et gants de cuir. Aux pieds, on se protège avec des cuissardes fourrées à la ville et des rangers de marche pour les champs. Résolument, la mode n’a pas fini de nous surprendre.

Mes tendances préférées pour l’été 2019

L’heure est au debrief des tendances ! La Fashion Week fraichement passée, allons voir ce que nous allons porter l’été prochain. Et c’est un plaisir de voir que nous allons vers toujours plus de simplicité, de praticité et de confort au fil du temps. En effet, pour la saison prochaine, on sublime la féminité dans des matières naturelles, des coupes fluides et des couleurs claires pleines de fraîcheur.

Chez nombre de créateurs (Chanel, Sacai, Dries, Ferretti…) on va explorer les manières de nouer, par cordages ou attaches, multiplier les poches et les couches protectrices, pour arriver à une silhouette baroudeur worker sophistiquée bien recherchée. En pièces phares sur le podium, on retrouve : des combi pantalon, des sweats, des bermudas/chaussettes hautes… que l’on n’hésite pas à accessoiriser de bob lacés, maxi-capuches, ceintures cordes, maxi-bananes et toutes choses pouvant se nouer autour de la taille. Les lanières sont libres et retombent sur la silhouette en mouvement tel les franges d’un filet bien coupé.

Des franges qui font leur grand retour d’une manière générale, pour un côté plus gypsy cette fois. La bohème n’a donc pas fini de nous inspirer pour des looks bab seventies explorant tie & dye, crochet et patchwork de jeans en tous genres, chez Dior ou Chloé. Du béret, aux pantalons flares trop longs chez Acne Studios, ponctués de petites lunettes coeur chez Saint Laurent, ou des bandeaux foulards chez Philosophy… on veut une dégaine peace and love.

Une tendance qui donne presque envie de s’exiler dans les champs le temps d’une saison… parmi laquelle voilages, plissés, et matières naturelles se côtoient pour parfaire les silhouettes. On ose ainsi les chemises longues et les maxi blouses, dans des couleurs fauves chez Valentino, des blancs francs et des dentelles brutes chez Galliano. Les accessoires se parent de paille, et les imprimés fleuris trouvent leur place sur des silhouettes bohèmes ou plus excentriques chez Dolce & Gabbana. Une atmosphère qui donne envie de se laisser aller à danser…. car dans les herbes hautes ou à la ville, la danse prend une place très importante cette saison.

Chez Dior, le show lui même nous plonge dans cet univers fantastique. Quant aux silhouettes aux justaucorps de maille souple et aux voilages plissés, la tendance est bien ancrée. On a dès lors envie de ballerines lacées, de caches-coeur vieux roses et de bandeaux dans les cheveux pour un corps raffiné et mis à l’honneur.

Sans contrainte, la mode féminine s’épanouie dans la douceur des matières et nous offre un panel de mailles douillettes à explorer. De la maille filet chez Sonia Rykiel, à la maille cocon chez Victoria Beckham, aux manches décuplées chez Vuitton… on n’a pas peur de la démesure dans le rapport au corps. On mix ainsi le confort à la féminité par des dessous-dessus soulignant les formes et en en créant d’autres.

Côté plage, les aventurières s’y retrouveront aussi, car en dessous des mailles filets ou des sweats douillets on retrouvera des body zippés sport et des cordages en rappel au côté pratique des worker. On travaille les matières éponges et les body-sweat chez Philosophy, les body cyclistes chez Nina Ricci, et les retours de plage mixant tailleurs structurés et maillots sexy chez Sportmax. Comme quoi, on peut passer du surf au boulot en un clin d’oeil. Avec ça les filles, on a de quoi faire pour être libres et actives de faire ce que l’on souhaite pour l’été prochain !

Pour finir sur une note plus girly et glitter, je ne peux passer à côté des éventails pailletés de Céline ou des poupées poudrées de Miu Miu qui nous amènent un peu plus de légèreté, mais surtout, je ne peux passer à côté de Marc Jacobs dont j’admire l’ingénuosité de nous surprendre chaque saison. Cette année encore, ses silhouettes démantes aux collants lurex parsemées de fraises et fleurs en tulles nouées par des rubans raffinés me laissent sans mots. La démesure de ses volumes, la magie de ses couleurs, nous portent dans un monde entre pierrots et poupées fantasques. C’est beau de rêver encore tant.

Une fille, trois styles

COSMOPOLITAN 2018

Photographe : Servan Ilyne
Réalisation : Clémence Guillerm
Modèle : Anni Barros
Coiffure : Raynald Bernard
Make up : Fanny Renaud
Assistante photo : Alice Jacquemin
Assistante styliste : Alexia Giteau

Mes looks préférés de l’hiver 2018-19

La Fashion Week fin terminée, place au décryptage des tendances qui m’ont interpellées pour l’automne-hiver 2018-19. Pour cette nouvelle saison, les créateurs ont clairement exprimé une envie de renouer avec la nature, tout en gardant une étroite liaison avec l’actualité.

Cette année, la femme représentée sur les show est libre, battante, conquérante. On le voit sur ces silhouettes sombres presque masquées d’Alberta Ferretti, Saint Laurent ou Marc Jacobs, où les chapeaux et les capes annoncent le style de la saison. Chez Dior et Burberry, on retrouve un vent de contestation propre aux années 70 avec des looks hippies revisités où les couleurs n’ont pas peur d’exister. Et cette tendance seventies n’est pas prête de s’arrêter avec encore des velours côtelés chez Paul & Joe, des couleurs passées chez Chloé, et imprimés tapisserie chez Mulberry.

Mais le vrai essor cette année, et qui s’installe déjà depuis quelques saisons, c’est bien l’inspiration wild folk de nombre de créateurs. Chez Lacoste et Chanel, les filles défilent carrément en pleine nature, prêtes à tenter l’aventure, quand d’autres (Acne Studios, Isabel Marant, Hermès, ou Philosophy) nous font découvrir des silhouettes country, fourrées, moelleuses, aux couleurs automnales et imprimés champêtres. Le confort est à l’honneur, et on le souligne par des nouages et des accumulations.

Des accumulations travaillées aussi comme protections chez Calvin Klein, Balenciaga ou Sportmax, marquants pour certains leurs révoltes contre la société et pour d’autres leur soutien à des associations caritatives, avec des collections très marquées sport.

Clairement, on est sûres d’avoir bien chaud l’hiver prochain; mais pas question d’abandonner l’allure sexy et glamour pour autant. Chez Jacquemus, Givenchy, ou Balmain, la sensualité se décline sous forme de matières moulantes, échancrées ou fendues, et des brillances strassées ou irisées qui font de l’ombre aux pastels encore très présents chez Valentino ou Kenzo.

En d’autres termes, la femme conquérante et sexy gagne en confort, et tant à considérer d’avantage la nature, dans ce qu’elle a de meilleur à nous offrir.

 

Mes looks préférés de la Fashion Week pour l’été 2018

La Fashion Week désormais terminée, place à un tour d’horizon des défilés pour dénicher les tendances qui nous ferons vibrer l’été prochain. Mix d’imprimés, transparences techniques, paillettes rebrodées… Regardons de plus près ce qui nous inspirera aux beaux jours.

Plus que d’autres saisons, les shows printemps-été 2018 m’ont bouleversé.  A commencer par le défilé Dior, qui m’a complètement conquise par ses looks de parisienne exacerbée, à la fois féminine et masculine, précisément en hommage à l’artiste Niki de Saint Phalle. J’ai aimé ce personnage de matelot presque Pierrot, aux chapeaux ronds et détails gothiques, ici tout est novateur et maîtrisé. Un style marin que l’on va retrouver chez Joseph et Philosophy di Lorenzo Serafini.

Autre axe majeur de cette Fashion Week, les jeux de transparences. Tulle, plastique, voilages… on veut du sexy tout en délicatesse, avec des pièces qui dévoilent le corps sans trop en dire,  entre plissés et broderies. Des broderies qui sont particulièrement à l’honneur cette saison, avec notamment du sequin, qui vient accompagner tout un mouvement de recherche de brillance. Chez Coach, Gucci, ou Marc Jacobs par exemple, on répond à des styles western, seventies ou bling bling, avec du glitter féminin. Une mise en lumière que l’on retrouve sur l’ensemble des shows, avec des satins, des vinyles, ou des brocards.

Ambiance seventies globalement ressentie, on goûte à une vague de libération et de folie douce sur des tons ocres et pastels, et des mix de roses et des jaunes bien sentis. Enfin, si je ne peux passer à côté de quelque chose, c’est bien des mix d’imprimés, et notamment sur le carreaux, qui reste à l’honneur cette saison. Chez Marc Jacobs, Marni, ou encore Balenciaga… on n’hésite pas à faire se rencontrer les différentes tailles de motifs pour une allure encore plus forte. Les vêtements continuent à se superposer, à se nouer, comme chez Sacai, et à nous proposer des manières nouvelles de les porter.

Et c’est sans compter les multiples peignoirs, polos, gilet sans manches, patchworks, ou cuirs d’été, que je clôture ce tour des tendances qui m’ont percuté cette Fashion Week. Côté accessoires, on osera les maxi capelines et les turbans Jacquemus ou Vanessa Seward, on gardera ses cuissardes jusqu’au printemps, et on portera son sac à main autour de la taille, de préférence.

Cette saison nous surprend tout en gardant un chic et une rigueur inéluctable. Hâte de s’approprier tous ces vents de fraîcheur!

Mes looks préférés de cette Fashion Week, c’est juste en dessous :

Mes looks préférés de la Fashion Week FW17-18

La Fashion Week est officiellement terminée ! New York, Londres, Milan, Paris… l’heure est maintenant au bilan mais surtout au décryptage des tendances. Quelles sont les nouveautés ? Les pièces phares qu’il faudra porter l’hiver prochain ? En voici un petit récap.

Qui dit hiver, dit froid, dit : « couvres-toi bien ma chérie » !  J’annonce sans étonnement que bottes et chapeaux seront de rigueur cette saison. Mais pas n’importe lesquels. Bottes vernies ou vinyles pour jouer la brillance, ou cuissardes/collants, du moment que ce soit maxi !! Côté couvre chef, on sera plutôt sur du bob – haut de forme – toque fourré, des bérets en cuir, et pour les plus aventurières, vous passerez directement à la cagoule (tant redoutée durant notre enfance) ou aux fichus savamment noués autour du cou. Plus légers, on travaillera plutôt le bandeau en éponge so toutouyoutou.

Mais passons aux choses sérieuses, quelle sera LA pièce forte de notre vestiaire l’hiver prochain ? Sans doute une doudoune XXL revisitée ou une peau lainée déstructurée. Les volumes matelassés se transforment en cape, en manteau long, ou en veste courte bordée de fourrure. Si la fourrure reste à l’honneur cette année, cette fois-ci on n’hésite pas à miser sur les couleurs pop.

Car la couleur c’est quand même le point d’orgue de toute saison. En constante recherche de la bonne association, aujourd’hui je reste plus sensible à LA couleur qui se démarquera. J’adore les total looks pastels, jaune layette ou bleu lavande que l’on a pu voir sur les podiums, mais aussi les tonalités plus fortes comme le turquoise prononcé ou le rouge franc : couleur incontournable de cette saison. A côté de ça, le bleu/noir signe son grand retour en terme d’association so-sophistiquée en contraste avec le bleu/bleu type bleu de travail, mon Amour, qui revient plutôt sous forme de coupes et d’ensembles all over. Travaillé de la même manière en denim.

Côté motif, des rayures, du pois, du floral, toujours… mais plus que tout, du carreau! Version brut de décoffrage sur des chemises de bûcherons so 90’s ou version tailoring sur des tailleurs gris de working girl il sera présent et revisité. Oui car cette saison, on n’hésite pas à repenser la manière de porter ses vêtements. On avait vu ces dernières saisons les versions jupes sur pantalon, aujourd’hui on porte sa jupe par dessus sa robe-chemise; on noue son pull autour du cou, et on noue sa chemise ou son trench en jupe. J’adore ! Vous savez que nouer sa chemise en jupe a toujours été mon dada… aujourd’hui, j’ai bien envie de tenter la jupe sur une robe plus longue. Je m’attellerais peut être à un petit conseil dans un prochain post si l’envie est toujours au rendez-vous.

Dans l’ensemble, cet hiver on portera encore de grosses mailles douillettes, que l’on contrastera avec des transparences, on aime encore les pantalons larges –parfois même resserrés dans le bas par des sangles-, et on s’essayera peut être aux soutiens gorges en maille, aux gants longs en voile, ou aux cabas XXL, pour faire « genre »… mais ce qui est sûr c’est qu’on fera tout ça dans la démesure parce que l’hiver a besoin de volumes, de grandiose. Osons donc !

Photos vogue.com

Un maillot de bain petit prix pour les vacances !

Dernières démarques des soldes et premiers départs en vacances… coïncidence ? Je ne pense pas. Alors que les collections printemps-été 2016 s’envolent à petit pas dans les magasins, on ne peut s’empêcher de penser que craquer pour un petit maillot qui nous fera l’été n’est pas irraisonnable. Seulement on ne va pas se leurrer, il n’y a plus grand chose. Une petite sélection s’impose histoire d’y voir plus clair.

Une pièce, bandeau, croisé, vichy, fleuri ou sportswear, il y en a pour tous les goûts alors allons-y !

1. Pour son imprimé liberty et sa forme brassière, Etam 20,90€
2. Pour son coton doux et ses petits nœuds espiègles, Polder 45,60€
3. Pour son graphisme net et sportswear, Luz 59,50€ le haut
4. Pour son côté rétro-pical et ses bretelles contrastantes (attachées par des boutons devant!), La Belle Rebelle 25,49€
5. Pour sa matière structurante et épurée, H&M 11€
6. Pour son côté sexy chic, Toxic Sadie chez Asos 63,99€
7. Pour son jaune acidulé et ses froufrous coquins, Princesse Tam Tam 35€
8. Pour son imprimé trop fun, Oysho 9,99€
9. Pour son floqué original et son zip si tendance, H&M 11€
10. Pour sa forme rétro-pas-mémère et son rouge flamboyant, Monoprix 24,49€
11. Pour ses fleurs fraîches et champêtres, Dolce & Gabbana sur Net-à-Porter 216€
12. Pour son irisé sirène, Princesse Tam Tam 55€
13. Pour son imprimé géométrique aux couleurs de la saison, Hurley chez Asos 25,99€
14. Pour son vichy sixties, Ralph Lauren 83€
15. Pour son léger liberty et son nœud pailleté, Mademoiselle R. sur La Redoute 10€.

Lequel choisirez-vous pour flâner au bord de la piscine ?

MONTAGE MAILLOTS CLEMENCE GUILLERM

Photo piscine Décocrush.

 

Un jean trompette en grande pompe pour la saison

Incontournable du vestiaire, le jean sait se renouveler chaque année pour nous combler sans perdre de vue son intemporalité.  Et cette saison, attention, on dit définitivement au revoir au denim slim. Déjà bien concurrencé par le flare depuis quelques mois, aujourd’hui on va encore plus loin, on demande un feu de planché XXL pour l’été.

A la croisée entre notre basique 7/8em roulotté et  le patte d’eph des années 70, le jean trompette fait son entrée en grande pompe ! Plus communément appelé « kick flare » sur nos étiquettes,  on l’apprivoise en le choisissant bien à sa taille et surtout pas plus grand. Car si sa forme évasée à mi-mollet peut surprendre, sachez qu’elle aura tout l’effet escompté si le reste de la jambe est bien moulé. Souvent taille haute, il va élancer la silhouette autrement et dévoiler nos attaches fines avec originalité. On l’a adoré porté sur des bottines à talons cet hiver… pour l’été on le mariera sans hésitation avec une paire de sandales plates, des mules ou des escarpins qui souligneront la finesse du pied. En haut ? Une chemise nouée, un caraco sexy ou un T-shirt loose rentré dedans, du moment qu’il est bien ceinturé pour marquer la taille.

Une fois collé à nos fesses, pas de doute, ce nouveau best friend ne va pas nous quitter de l’été. Pour moi c’est parti, son petit côté espiègle m’a conquis ; je vous partage donc une sélection des modèles qui ont retenu mon attention pour la saison.

JEAN TROMPETTE CLEMENCE GUILLERM

1.Rag & Bone, 185€ ; 2. Mango, 35,99€ ; 3. Topshop, 55€ ; 4. Manoush, 254€ ; 5. Levi’s, 109€ ; 6. Topshop, 52€ ; 7. Asos, 56,34€ ; 8. M.I.H Jeans, 250€ ; 9. Alexander Wang sur Net-a-Porter, 310€ ; 10. Asos, 101,99€ ; 11. Zara, 19,95€ ; 12. H&M, 39,99€ ; 13. Primark ; 14. Seafarer, 140€ ; Mother, 218 $.